ARTISTE.

Consuli

De l’audace chromatique et une vraie soif de peindre. C’est ce qui caractérise avant tout Liomar Ferreira Consuli, artiste-peintre brésilien originaire de Nova Iguaçu près de Rio. Né le 31 mai 1972 sous l’étoile de l’art et de la passion, Liomar a affiné dès l’enfance ses propres techniques en acrylique sur toile, sans même savoir qu’il détenait un don hors du commun.

De l’audace chromatique et une vraie soif de peindre. C'est ce qui caractérise avant tout Liomar Ferreira Consuli, artiste-peintre brésilien originaire de Nova Iguaçu près de Rio. Né le 31 mai 1972 sous l'étoile de l'art et de la passion, Liomar a affiné dès l'enfance ses propres techniques en acrylique sur toile, sans même savoir qu'il détenait un don hors du commun.

Il n'en a pris conscience qu'en 2005, à l'âge de 33 ans, en admirant une collection de grands peintres au sein de la librairie où il travaillait. Dès lors, il a développé son potentiel en parfait autodidacte, en se mettant à peindre de manière très éclectique. A peine trois mois plus tard, il exposera pour la première fois à la Casa da Moeda do Brasil (Maison de la monnaie du Brésil). Pour un coup d'essai, c'est le coup de maître, car il vendra tout le jour-même du vernissage!

Depuis, l'artiste a su affirmer son style avec panache. Valsant entre cubisme et sujets abstraits, il privilégie les tons forts et vibrants, en se laissant guider par son quotient émotionnel. Sa marque de fabrique: les relectures très personnelles de chefs-d’œuvre de grands maîtres. Picasso, Cézanne, Renoir, Monet, de Vinci, Kandinsky ou Modigliani côté européen; Do Amaral, Portinari, Manasses, De Cavalcante, Brito ou Sarro, dans le landerneau brésilien.

Acteur de diverses manifestations d'art contemporain, Consuli a participé à de nombreuses  
expositions collectives et individuelles. En quelques lieux prestigieux de son pays, tout d'abord, tels que la Préfecture de Rio de Janeiro, la Maison de la culture de Mangaratiba ou le Tribunal de justice de Nova Iguaçu. C’est alors qu’une de ses compatriotes a repéré son talent lors d’une visite à sa famille. Par l'intermédiaire, ainsi, de Maria Friedli, établie de longue date en ville de La Chaux-de-Fonds, Liomar Consuli rayonne désormais sur sol helvétique.   
Dès 2014, sous l'impulsion de sa commissionnaire, ses peintures ont été visibles à deux reprises aux cimaises du restaurant Social Ekir à La Chaux-de-Fonds. En janvier 2018, elles ont été à l'honneur à la Galerie Serena, où 16 des 20 pièces accrochées ont trouvé preneur. La même année, certaines ont participé au 2e Salon de l’art brésilien au Liechtenstein, pour lequel Angela Oliveira était alors la curatrice. Avant d'exposer, en 2019, pour la 3ème édition du Salon, coordonné comme toujours par Denise da Cruz, Liomar Consuli a présenté ses œuvres à Rome, Vienne, au Portugal et à Paris, où il les a mises en exergue par deux fois au Carrousel, ainsi qu’au Salon d’art contemporain dans le courant de l’automne, par le biais du galeriste brésilien Renato Rodney, de Caiscais. Entre-temps, il a également exposé aux Consulats du Brésil de Zurich et de Genève lors d’un événement dédié à l’art brésilien.

Depuis que son art s’exporte en Suisse et à La Chaux-de-Fonds tout particulièrement, le praticien local Anwar Raphaël Gern s’est mis à soutenir assidûment le travail de l’artiste. Jusqu’à lui consacrer un espace d’exposition dans son cabinet médical, et de contribuer ainsi à la vente de 5 tableaux sur 7.

Actuellement, une série très récente est encore en place au sein de l’étude Rumo & Schallenberger, sise au 73 de l’avenue Léopold-Robert, à La Chaux-de-Fonds. Quelques peintures inédites viennent d’ailleurs d’y remplacer les pièces vendues.

Pour les visites, il est conseillé de contacter Maria Friedli au 076 489 18 34 ou mariahilda.friedli@outlook.com

Liomar Consuli a aussi pris part à l’exposition 1989, organisée au Centre culturel brésilien Cebrac, à Zürich. Il participera au 4e Salon de l’art brésilien au Liechtenstein «on line», et l’une de ses œuvres sera visible au stand de la revue Cultive de Valquiria Imperiano Guillermin, exposante au Salon du livre et de la presse de Genève 2020.

Ce texte a été écrit par la journaliste indépendante Salomé Di Nuccio.

Vendues